«

»

Mai 03

Imprimer ce Article

Quel avenir pour les pratiques de soin en institution ? Luc LAURENT – Champ social – Mai 2017

http://champsocial.com/book-quel_avenir_pour_les_pratiques_de_soin_en_institution_,989.html

 

Luc LAURENT, psychologue à l’IMP Sainte Gertrude, nous fait cadeau de la métabolisation d’années de lectures et de rencontres autour de la catégorie 140, ou du DITEP, Dispositif ITEP de France. Il investit l’écriture, comme l’institution, dans sa mission de contenance. Une nécessité éthique en ce qu’elle nous conduit à penser sur ce qui se joue dans notre recherche d’empathie à l’égard du jeune, de sa famille, de notre confrère, de notre équipe… et de la société qui par ses heurts et malheurs nous a conduits à cette rencontre.

L’ouvrage aide à penser, et à panser, la personne que nous accueillons, ses besoins spécifiques, les personnes que nous sommes, seules et en équipe, en institution. Cette approche complète, illustrée d’exemples et de récits est touchante. Elle nous rapproche de nos émotions. L’expérience de Luc nous invite à l’échange bienveillant de celles-ci au cours de la vie institutionnelle, considérant cet échange comme un temps précieux, indispensable et préalable à la rencontre avec ces « jeunes qui ont en commun de refuser ce dont ils ont besoins pour grandir » (Serge Heuzé)

Luc s’appuie sur le triangle éthique-clinique-politique. Et, il n’hésite pas à ajouter aux ingrédients constitutifs de la relation éducative et soignante les dimensions de l’amour et de la spiritualité rejoignant ainsi les théories sur les trois corps physique- psychologique-spirituel fondatrices des approches hollistiques. Peu de psychologues d’institution vont aussi loin que ne le fait Luc dans l’intégration de la réflexion politique lorsqu’entre autre il évoque la dimension institutionnelle comme élémént intégré de la construction d’une approche soignante. Une confrontation à la réalité des volontés et moyens mis à notre disposition et la gestion des frustrations qui s’en suivent et qu’il parvient à transformer dans le plan éducatif comme moteur de la force intégrative de nos actions.

Ce travail très complet aidera l’éducateur, l’assistant social, le psychologue, le médecin, l’institution à passer de l’action éducative à la clinique éducative. J’en conseille la re- lecture en équipe. Quel que soit l’ordre dans lequel elle le lira, la lecture éveillera chez chacun la conscience de soi comme « outil » d’intervention clinique pour autant que l’équipe, l’institution fasse contenance de cette conscience. Cela nécessite une culture institutionnelle qui soutienne « la tiercité circulante », dès lors qu’une équipe se met en route pour penser à propos des « messages cryptés » du jeune.

Une étape de travail dans laquelle s’installe une dialectique entre ce qui émerge de soi et ce que le collectif produit comme « protocole ».
Comme Luc, je vois dans cet instant d’expression et de pensée la meilleure protection contre l’épuisement professionnel.

Les navigateurs ont pour guide « Le nouveau cours des Glénans ». On y enseigne ce précieux leitmotiv Cap-Route-Point. Luc met l’intégration, l’épanouissement, l’exercice de la citoyeneté dans le Cap. L’institution, les référentiels, les cartes en quelques sortes, dans le choix de la Route. Le Point est cet indispensable temps qu’il faut passer à revisiter la route car les éléments rendent le changement nécesaire. L’institution, les projets de services, les codes internes sont régulièrement soumis à des déferlantes internes et externes. Ce livre de Luc est le Glénans, ouvrage de référence pour ceux qui souhaitent se lancer dans les longues et parfois périlleuses traversées qu’est l’accompagnement d’un jeune meurtri dans l’amour, la sécurité et l’attachement dans ses premières années.

Luc Fouarge

Lien Permanent pour cet article : http://www.metis-europe.eu/quel-avenir-pour-les-pratiques-de-soin-en-institution-luc-laurent-champ-social-mai-2017/